´Facile, 40 kms de plat jusqu’à Hiroshima´ selon nos hôtes David et Mokoto. David, c’est celui qui nous a branché hier sur le saké, un jeune sympa, intéressant et intéressé par notre aventure. Il travaille dans le café - auberge où on a dormi. On a aperçu sa chambre, un cagibi de 3 m2 composé d’un bureau surmonté du lit, j’espère pour lui qu’il s’agit d’un travail temporaire d'étudiant. Partis le ventre vide, on attaque en guise de plat droit dans la pente. En se laissant guider par le GPS, on a pris le raccourci, celui qui passe à travers la montagne et qu’on va appeler le col d’Hiroshima. Malgré notre vitesse de pointe de l’ordre de 8 km/h, les automobilistes sont sympas, ils ne nous dépassent pas tant qu’ils leur manque 1m50 de marge pour le faire. Aucun stress, aucune pression pour nous doubler ou nous faire arrêter. Vive le Japon, ses montagnes et la courtoisie des Japonais.

E62CC77E-22B2-4055-8DD6-4FFBA803EC14

 

A l’approche de Hiroshima, on traverse une banlieue grise et sinistre, et puis tout d’un coup, le contraste est saisissant : Hiroshima a été reconstruite avec goût, de larges avenues bordées d’immeubles clairs et limpides. La ville est traversée du Nord au Sud par quatre fleuves qui convergent vers le port de marchandises, le tout donne la sensation d’un ensemble très ouvert au sein duquel on se sent bien.

On se donne 2 nuits, on prend donc le temps d’une large visite à vélo, on verra le détail demain. En passant quand même dès notre arrivée au parc mémorial de l´explosion atomique. Un ensemble de monuments discrets, pour rappeler bien sûr l’horreur de l’horreur et inciter à se souvenir et ne plus recommencer... Je retiens deux clichés chargés d’émotion : le Dôme, bâtiment situé à l'épicentre de l’explosion, et qui a miraculeusement échappé à la destruction totale. Il a été conservé dans l’état. Et puis l’histoire de cette petite fille, Sadako Sasaki, qui a développé une leucémie en 1955, qu’elle combattit en décidant de fabriquer 1000 grues en papier. Une histoire qui rappelle celle de Terry Fox qui s'était donné  l’objectif de traverser le Canada à raison de un marathon chaque jour. Comme Terry Fox, elle n’a pas eu le temps d’aller au bout de son projet. Un monument fut érigé en son souvenir, monument des enfants pour la paix. Aujourd’hui encore il est de coutume de fabriquer des origamis de grues au Japon, guirlandes en papier, symbole de bonheur et de longévité.

F330C5A7-B069-4BFB-9BC1-0FB08EA2347D

AC87DBA7-2B35-46F0-9736-D011D5F0856A

1EF2D2B2-6B56-4311-AA0D-28B04BF39EBB

 

8910A893-9E7E-4915-9082-779B3CCDDE30

 

Les écoles sont présentes, la visite d’Hiroshima est inscrite dans tous les programmes. Et pour animer le cours, les professeurs organisent une chasse aux interviews. Avec mon look, impossible de les éviter, mais comment répondre de façon simple à la question ´comment peut on arrêter les guerres ?’.

482EFEC3-A4F1-4C0E-8966-8C0A3E8F5DBD

La soirée nous confirme le bien fondé de passer un peu de temps à Hiroshima, il règne une atmosphère de vie dans le quartier des plaisirs où on se régale à manger peu mais bien. Avec en bonus quelques pâtisseries qui semblent importées de l’ile saint Louis.