Réveil avec la pluie, je sors les couvre-chaussures que Gigi avait voulu mettre à la poubelle au Cap Nord en pensant que c'étaient les siennes. Sacré Gigi ! On laisse tomber la Pacific bicycle route, ce n'est pas un jour à partir en impro, on ne saura jamais si on aurait pu longer la côte jusqu'au bout. Le GPS nous place sur la route 42, c'est un bon compromis, pas trop de circulation, on roule à bonne vitesse sous une pluie qui se calme après 2 heures. On vise le bateau de 12h10, on retrouve la piste cyclable à 10 kms du port, il nous reste 1 heure, cool, on prend notre temps. Photos de la mer en colère et des chiens blancs, on joue un peu avec le feu... et à 2 kms de l'arrivée, on découvre que le port est de l'autre côté du cap. Ça nous coûte une montée raide raide raide, alors on crie ALLEZ EZ EZ EZ ! et ça semble plus facile... et on ne rate pas le ferry qui fait la traversée de Irako à Toba.

234A47BF-CCAA-4979-A124-B78DF32AE9BF

2EC8AC7C-04F3-4187-BA83-DC64C3B9BDCF

E20B3DA3-91C3-455F-946F-92A0D0CF3A67

Toba : on a changé de presqu'île, Kyoto est à moins de 150 kms. On a fait d'une pierre deux coups, car on est à 10 kms de la petite ville de Ise, incontournable, le cœur du cœur de chaque Japonais, le berceau du shintoïsme, le sanctuaire Ise Jingu visité par 6 millions de personnes chaque année. On ne peut pas rater ça, mais si on veut comprendre un peu, on est au pied du mur, il va falloir travailler un peu le shintoïsme. Résumé en quelques mots du travail de recherche de l'après midi...

Un kami est une divinité ou un esprit vénéré. Ce sont en général des éléments de la nature - animaux ou forces créatrices de l'univers - ou même des esprits de personnes puissantes (empereurs) décédées, ayant incarné de leur vivant les valeurs et vertus d'un kami et qui deviennent eux-mêmes des kamis après leur mort. Les kamis ne sont pas considérés comme des êtres distincts de la nature, ils en font partie, ils possèdent aussi bien des aspects positifs que négatifs. Ils vivent dans un espace parallèle qui est le reflet du nôtre. On admet la nature ambiguë de la définition des kamis.

Le rite de la prière : avant d'adresser une prière à un kami, il faut commencer par se purifier, en se lavant les mains et en se rinçant la bouche. Pour cela, on commence par prendre une coupe de la main droite, on la remplit d'eau et on fait couler un peu d'eau sur la main gauche. Même opération en inversant les mains. Puis on reprend la coupe de la main droite, on verse l'eau dans le creux de la main gauche pour la porter à la bouche et la rincer. Surtout, ne pas porter directement la coupe à la bouche. Pour finir, rincer une dernière fois la main gauche avec le reste d'eau. On est alors prêt à attaquer la prière : se courber profondément par 2 fois, taper dans les mains 2 fois, et se courber encore une fois. Et si on a un peu de monnaie dans la poche, ne pas hésiter à la balancer dans la grille prévue à cet effet.

Deux sites à visiter à Ise Jingu, le sanctuaire le plus sacré du Japon, avec ses 125 tombeaux shinto, l'ensemble a la taille de Paris, on vient prier pour la prospérité de la famille impériale, la paix dans le monde et l'abondance de la récolte.

Kotaijingu(Naiku), dédié à Amaterasu : Amaterasu est la déesse du Soleil, déesse suprême du shintoïsme, considérée comme la gardienne spirituelle du Japon. Elle est l'ancêtre de la famille impériale qui pouvait la vénérer au sein du Palais Imperial, jusqu'à une révélation du 11ème empereur Suinin qui fit déplacer son miroir sacré à Ise Kotaijingu (Naiku) pour l'éternité, permettant à tous de venir l'adorer. C'était il y a 2000 ans. Elle aurait introduit la riziculture, la culture du blé et les vers à soie. Elle figure sur le drapeau japonais sous l'apparence du disque solaire.

5582D1FB-A114-4C8A-A1B2-CABE6DD1C93E

Toyo'uke-daijingu(Geku), dédié à Toyo'uke-no : Toyo'uke-no est un kami qui accompagne Amaterasu en agissant sur les récoltes, considéré comme le gardien du bien-être, il fournit les 3 éléments essentiels : habits, nourriture et abri. Une révélation du 21ème empereur Yuryaku, il y a 1500 ans, fit déplacer son tombeau de Kyoto à Ise.