Une journée qui s’annonce riche en rencontres, avec au programme deux rendez vous : un couple jurassien-nippon qui nous est recommandé par des amis originaires de Bellefontaine, et une soirée Warmshowers incertaine, puisque notre hôte était à Chicago hier dans l’incertitude de prendre son vol retour au Japon.

On quitte tôt la baie de Tokyo pour un parcours enfin campagnard, à travers quelques collines, de petites routes tranquilles, quel changement depuis hier ! On croise lycéens et lycéennes sur la route de l'école, dans leur costume de classe, les filles ont des jupes plissées chaussettes hautes, comme dans les films. C’est un bon moment, on commence à apprécier le vélo au Japon, il va falloir qu’on trouve des routes de campagne et ce sera bien. La bonne surprise, c’est notre arrivée sur la baie, le vent violent soulève de belles vagues, on peut mettre un visage sur la vague de Hokusai.

EEA081A6-800A-47B6-BD2B-1D4B564F5E1D

Une quinzaine de kms le long du bord de mer, le sable nous déchire le visage, et on rencontre Fred et Hiromi, ils sont installés depuis 10 ans au Japon, leurs enfants sont de vrais Japonais qui comprennent le français sans le parler. C’est étrange de rencontrer un Jurassien de Bellefontaine au Japon, étrange pour lui aussi qui ne connaît pas les amis qui l’ont recommandé... mais Bellefontaine est un village où tout le monde se connaît ! On reçoit quelques conseils bienvenus - possibilité de loger dans les monastères par exemple - et on sait qu’on peut compter sur leur aide à distance si besoin. Ils habitent sur la route qui mène au Fuji, on a roulé tout droit sur le Fuji sans le savoir, on ne le pensait pas si proche.

790472A2-3AAF-4D91-BF98-6517C9356A75

82810EF8-1BAE-498F-8EAD-EC1EF80FA990

Pour la seconde rencontre, c’est raté, on reçoit confirmation vers 17 heures alors qu’on a pris d’autres dispositions (la nuit tombe à 18 heures...). On a trouvé, sans savoir ce que ça signifie, une auberge japonaise.., c’est à dire une formule en demi-pension complètement japonaise incluant repas, bain, matelas à la japonaise. Le moment du bain restera un souvenir marquant : la séparation entre homme et femme n’est pas évidente, elle est indiquée en Japonais. Mon choix est basé sur la couleur de la porte d’entrérige, verte ou rose. Je pénètre d’abord dans un vestiaire commun où on se dévêtit, puis dans la salle où s’opèrent douche et bain. Je suis seul, ne sachant pas si le prochain arrivant sera un arrivant ou une arrivante. Une dizaine de douches sont mises à disposition dans le même espace ouvert partagé, je prends la première et j’en profite pour laver maillot et cuissard, comme on le fait souvent dans des douches ´normales´. C’est au moment du rinçage que quelqu’un rentre, surprise c’est un homme. Et je reçois ma première leçon. Le bain-douche public est un moment précieux. On ne prend pas la douche debout en chantant, sifflotant ou en lavant ses affaires. On s’occupe de son corps. On commence par s’asseoir sur un tabouret face à son miroir, on actionne la douche qui est posée face à soi, on passe un bon quart d’heure à masser et nettoyer de fond en comble toutes les parties du corps. Puis on se lève lentement pour se rendre dans le bain tourbillon, une serviette posée sur la tête par souci d’hygiène, on poursuit les massages. Quand tout cela est fini, que le corps est rassasié, on retourne tranquillement au vestiaire récupérer le kimono posé délicatement au préalable dans un panier, on se fait beau et on retourne retrouver sa belle qui a suivi le même protocole dans le salon de la porte rose. En résumé... prendre son temps, s’occuper de son corps, ne pas s’occuper de ses affaires de vélo.

10C107E1-13BE-4101-92CE-057DB381A2E1

Le repas est servi dans le même esprit avec le même calme, tout est léger et fin, le seul problème pour nous est de comprendre dans quel ordre attaquer les plats. On a 2 mois pour trouver.

41D52E36-6A06-4066-9BFF-030D413232EF

Quant au coucher, chacun sur son futon, le réveil nous dira ce que le corps en aura retenu.

99B5883A-FD01-4286-8BC0-26B472DC4EDB

Ce soir, on a l’impression que le Japon commence pénétrer notre corps. Et bientôt l’esprit ?